Emile Brunet chez Paul Berthelot

Il est des artistes qui sont vrais envers eux-mêmes, qui respectent leur cheminement. Émile Brunet est de ceux là. 
Autoportrait d'Emile BRUNET. Dessin de BRUNET représentant Gustave MOREAU, photo d'Emile BRUNET. Emile BRUNET avec sa petite fille.

Paul Berthelot lui sera l'un de ses mécènes, car lorsque qu'il achète la maison il commande à son ami en 1908, une peinture pour sa cage d’escalier une toile de 9,20m de long. Cette toile marouflée intitulée "les baigneuses" offre au regard une quinzaine de femmes se baignant dans une forêt de pins de la région. Aujourd'hui, elle est en cours de restauration, enfin, elle va être nettoyée puis vernis pour lui redonner tout son éclat perdu. Paul Berthelot ne se limitera pas à cette toile immense pour embellir son intérieur, car il lui commandera aussi deux autres œuvres "Le Berger espagnol" et "le portrait de femme en flore" qui sont deux huiles qui dorment actuellement au Palais des Beaux-Arts de Bordeaux et qui ont été léguées par Madame veuve Berthelot quelques années après la mort de son époux.

Femme en Flore                                                                          Le Berger espagnol                                                             

Pour la petite histoire…

Emile Brunet suit les cours de Gustave Moreau aux Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Moreau, sont passés une série d’artistes connus et reconnus (Matisse,…) E.Brunet rencontre son ami Rouault lors de cet apprentissage et les deux amis, se croiserons durant toute leur vie. Ils échangeront ensemble et se comprendront dans l’amitié et dans la peinture.

En rêvant à Paris, il commence à peindre pour quelques illustres personnages, puis Paul Berthelot lui proposa, entre 1907/1908, de déployer son talent dans sa propre demeure. Lieu de rencontres culturelles. Le mécénat d’Emile Brunet l’aida à se faire une place.


Mais Brunet est en quête d’une commande pouvant donner un élan à sa carrière. L’occasion va se présenter lorsque la ville organise un concours pour la réfection du plafond du Grand Théâtre de Bordeaux. Brunet est sélectionné pour sa grande délicatesse à reproduire l’œuvre originale de Robin. Il donne une âme symboliste au projet, tout en respectant la patine du temps. Le concours en poche, son équipe et lui-même se mettent au travail et commencent les préparations pour accueillir cette restauration de plafond. Mais le régisseur du projet n’est pas convaincu des compétences en matière de restauration de l’artiste et dénonce son travail. Entre défense et attaque, Emile Brunet perdra le projet malgré l’aide de son ami et modérateur Jean Rouault. Il sera relégué à entreprendre la réfection du plafond du théâtre le Français. Aujourd’hui, ce plafond est visible de la salle principale du cinéma le français.

 

Emile Brunet malgré son symbolisme perpétuel traversant les éclectiques époques artistiques contemporaines à sa vie, va pendant la période art nouveau dessiner des vitraux typiques. Encore aujourd’hui, on se demande s’il n’aurait pas aussi inspirer Léon Delmas dans le projet de la maison de Paul Berthelot.

 

Comments